Skip to content

“Evidently, I am blessed” – Justin Barron

Justin Barron s’imaginait dans un autre vestiaire que celui de la Place Bell à la veille de l’ouverture de la saison du Canadien. Il rêvait de la LNH, pas de la Ligue américaine.

In his sortie d’un premier entraînement au camp du Rocket, Barron n’avait rien d’un homme heureux.

«Evidemment, I am blessed, I have chosen the premiere tour of the Avalanche du Colorado in 2020. J’ai ame la réaction des joueurs et des entraîneurs avec le Rocket. Je chercherai à retain du positif.”

Barron n’a pas survécu à la dernière vague de joueurs retranchés. Lundi matin, il a pris la route de Laval en compagnie du defender Otto Leskinen, du gardien Cayden Primeau et des attackers Rafaël Harvey-Pinard et Jesse Ylönen.

Jean-François Houle n’a sursauté pas quand on lui a rappelé que son jeune defender de 20 ans avait le moral dans les talons.

«C’est normal, at-il répliqué. Je m’attendais à ce qu’il vive une déception. Au départ, je lui laisserai du temps et de l’air. Je veux qu’il réfléchisse un peu. Mais j’irai le voir demain ou après-demain pour jaser, pour savoir comment il se sent. Je ne le laisserai pas dans son coin of him. I found that on doit lui offered the temps d’être marabout, mais il doit aussi comprehend qu’il aura besoin de relever rapidement.»

«The NHL, c’est une montagne à gravir, enchaîné l’entraîneur en chef du Rocket. Il vient de vivre de gros sentiments. On vient de le repousser un peu de son rêve de him. C’est un shock. Il a le sentiment qu’on lui cogne sur la tête. Justin realized that this is just his debut and this is not the end of the world.”

A plus gross role

Upon entrainment with the Rocket, Barron formed a duo with Leskinen. Houle misera beaucoup sur ce duo, tout comme celui de Corey Schueneman et Madison Bowey.

«Justin said to the interior of lui qu’un retour à Laval peut représenter une bonne chose pour son développement, Houle noted. Il jouera un plus gros rôle avec le Rocket. In Montréal, the aurait can be retrouver dans les estrades. Il doit voir ça comme une occasion de s’améliorer. Il jouera sur les unités spéciales, el pourra agir comme un meneur et el aura plus de temps à l’entraînement puisqu’on joue moins de matches dans la AHL.»

To meet with Jeff Gorton, Kent Hughes and Martin St-Louis, Barron to retain a simple message.

«Ils m’ont dit que je retournais avec le Rocket et qu’ils veulent me voir travailler sur mon jeu défensif, at-il précisé. There is already a great transition between the American League and the LNH. J’ai encore kiss of mileage.”

Au camp, le CH lui a préféré les jeunes Kaiden Guhle, Jordan Harris et Arber Xhekaj pour ouvrir la saison. Hughes also acquired a 25-year-old defenseman in Johnathan Kovacevic, of the Winnipeg Jets, via the ballot.

A question of chiffres

If Justin Barron avait la baboune, Rafaël Harvey-Pinard demeurait la meme boule d’énergie malgré un retour avec le Rocket.

«Je reste près de mon but, a dit l’ailier de 23 ans. The ligne between the LNH and the Ligue américaine remains mince. Je reste à la limit, je n’ai pas un gros pas à franchir. Mais je devrai force la main de la direction pour finir par traverser cette ligne.”

«Le hockey pro, ce n’est pas toujours stable. Ce n’est pas négatif de me retrouver dans la Ligue américaine. Je ne peux pas être fâché ou déçu. Je peux juste me retrousser les manches et travailler deux fois plus fort. J’ai toujours eu cette mentalité dans la vie.”

A court terme, il n’y a pas de place pour Harvey-Pinard à Montréal, mais ça pourrait toujours changer rapidly.

«C’est un jeune intelligent, il sait comment compter et il se doutait que c’était pour être très difficile pour lui de gagner un poste, a rappelé Houle. Mais même s’il compte bien, il vit also une déception. Quand tu regardes ça de l’extérieur, tu peux croire que le jeune était pour s’en douter. Le jeune avait toutefois le droit de rêver et de vouloir monter à la prochaine étape. Harvey-Pinard cogne à la porte, il est très proche. Il n’y a pas de place pour lui aujourd’hui. Il est assez intelligent pour savoir qu’il est proche et qu’il y arrivera.”

After 14 years who have the NHL’s guaranteed contracts and the presence of young Cole Caufield and Juraj Slafkovsky, Harvey-Pinard have a kiss of patience before they get a rappel. L’ailier originaire d’Arvida a toutefois a very different DNA from many attackers avec le grand club, ce qui risque d’aider sa cause of him.