Skip to content

Maltraitance des enfants ou adolescents dans le sport: “Quelle que soit la violence, il faut vraiment en parler!”

The recent publication of a European study on maltraitance des enfants dans helped him to comfort the Adeps dans l’idee de mettre tout en œuvre en matière de prévention et de protection au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Menée par l’Université d’Anvers auprès d’un public de 1,500 adults, aged 18 to 30 years, and practiced a sport organized avant leurs 18 years, this étude a révélé de nombreux enseignements sur la “violence”, ce terme englobant des comportements, telles que le harcèlement, l’intimidation, voire pire.

Pour le milieu sportif, cinq forms of “violence” ont été relevées: negligence (ex. ne pas être correctly équipé ou soigné…), la violence psychologique (ex. être critiqué, voire humilié sur l’apparence physique), physique ( ex. être puni par des exercices trop pénibles), sexuelle sans contact (ex. être regardé de manière insistante, inappropriée) et avec contact (ex. être forced à embrasser).

“Commençons par dire que le premier enseignement de cette étude est, malgré tout, assez positif !” Lance Olivier Courtin, l’Adeps liaison agent in matière de maltraitance. “86% of the people questioned declared, in effect, that the global experience of sport avant leurs 18 years ago is bonne, voire très bonne. Cela renforce, bien entendu, la positive contribution du sport au développement général des enfants, mais il est nécessaire de sensibilizer to the manière dont il peut aussi contribute to the protection of children.”

Et quelques chiffres concernant les jeunes sportifs francophones interpellent.

> 23 I dissent avoir subi des violences psychologiques.
> 1/2 parent of violence physique.
> 1/4 declare avoir subi des violences sexuales avec contact.
> 2/5 explain avoir été negligés.

L’exposition à la violence interpersonnelle provient souvent d’a coéquipier ou d’un entraîneur et elle augmente avec le level de compétition. Mais, surtout, the majorité des sondés reconnaît ne pas en avoir parlé.

L’Adeps n’a pas attendu cette étude pour entreprendre des actions en matière de prévention et de protection de la jeunesse. After 2018, the institution régissant le sport en Fédération Wallonie-Bruxelles s’est, en effet, associée à Yapaka, le program de prévention de la maltraitance du Ministère.

“Yapaka was born in 1998, at the lendemain de l’affaire Dutroux, with the will to register maltraitance dans un program au sein du Ministère et de travailler avec l’ensemble des secteurs, dont le sport. Le domaine de la maltraitance d ‘Enfants est une matière qui nous met au travail en permanence avec des réalités sociales et familial complexes évoluant au fil du temps et dont il faut tenir compte…”explains Claire-Anne Sevrin, coordinator of a strong team of sept people who manages the cross-cutting program promoting information tools and awareness raising to improve practices.

Informer, sensibilizer, former: this is the leitmotiv of the Adeps vis-à-vis all the acteurs du monde sportif, lieu de développement et d’apprentissage, où il faut identifier d’où vient cette violence pouvant traumatiser.

“Les coéquipiers, les entraîneurs, mais aussi l’entourage sont concernedés. Il ressort d’une récente étude sur la pratique sportive en Fédération Wallonie-Bruxelles que les jeunes sont motivés prioritairement par le fait de s’amuser. Ce qui peut entrer en conflict with the spirit of competition. Il faut donc poser les bonnes questions. Par exemple, doit-on mettre à l’écart un jeune joueur moins performant que son partenaire pour espérer gagner un match?” Demand Olivier Courtin, who advocates many sports practitioners, plutôt qu’un seul, pour éviter de voir le jeune quitter le monde sportif en cas de problème.

Other internet sites: tupeuxledire.be et chartedelabienveillance.be

Parmi les actions soutenues par l’Adeps, il projet PARCS (pour des activités récréatives dans un cadre sûr) de l’ONG DEI (Défense des enfants – International) with the communication campaign “Tu peux le dire”, launched at the end 2021 in même temps que deux internet sites: tupeuxledire.be et chartedelabienveillance.be.

The premiere is dedicated to children with the object of which they can exprimer leur sentiment sans crainte. If they don’t feel good, the alternatives leur sont proposées en les orienting vers les persons que parler.

Le deuxième site est dédié aux clubs en leur proposant de signer une charter de la bienveillance. A practical guide will help you to faire live with the charter and this co-construit thanks to the pilot projects.

“The prevention of maltraitance and the protection of children, this is everyone’s affair. In particular, about all adults, who are engaged in sport or in an other sector!” concluded Olivier Courtin.

Protection of children in sport: a plan of action 2021-2024

CSIS for “Child Safeguarding In Sport” or, in French “Protection de l’enfance dans le sport” is a European project with a mise en œuvre that began on March 1, 2020. Its main objectives are the guides and accompanies the country’s partners, Dont la Belgique, dans l’elaboration of effective policies for the protection of children in order to guarantee des environnements sportifs sûrs, positifs et stimulants pour all les enfants. Ceci is realized thanks to the four feuilles de route nationales “sur-mesure” pour le développement de politiques de protection de l’enfance. The Fédération Wallonie-Bruxelles presented sa feuille de route.

The steering committee in charge of the work is made up of Adeps, ONE, Yakapa and the football and hockey federations who explained the five strategic blocks of the 2021-2024 action plan with a focus sur leurs ambitions en matière de formation des entraîneurs et direcants. Cette feuille de route qui s’appuie sur le réseau existent de prévention et de prize in charge of situations of maltraitance propose d’y ajouter des fonctions de “référents maltraitance” en sport.

Leave a Reply

Your email address will not be published.