Skip to content

Refugee Food Festival revent pour encore plus de collaborations culinaires exceptionnelles

For its 7th edition, from 7 to 26 June prochain, the Refugee Food Festival convenes a peu partout in France by a brigade of chefs cuisiniers réfugiés. For the occasion, we avons rencontré Doha, une Lebanese-Syrienne cuisinière, dont les pâtisseries seront proposed chez Emma Duvéré. De quoi ravire vos papilles, on vous le promet!

Informer, sensibilizer, lutter against the préjugés sur les réfugié·e·s et rassembler autour d’une table aux mille et une saveurs. Voici le leitmotif de Refugee Food, une association que œuvre depuis 2016 pour l’insertion professionnelle des réfugiés dans la restauración, le partage des cultures, et travaille quotidiennement auprès des plus demunis pour contribute une alimentary saine et savoureuse.

Soutenue par l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés et en coopération avec une multitude d’associations, Refugee Food travaille sans relache pour apporter aux personnes exilees la qualité de vie qu’elles méritent.
On the occasion of the Refugee Food Festival, a city dizaine et près d’une centaine d’établissements ouvriront leurs cuisines à des chefs réfugiés pour des collaborations culinaires uniques. His restaurant étoilé à la cantine de quartier, more than 400 restaurants were mobilized after the creation of the festival, accumulating 312 chefs who were refugees from 56 different countries. Une initiative citoyenne et essentiellement benévole que met en lumière le talent de réfugiés venus du monde entier.

© Mahka Eslami

Lebanese-Syrienne patisseries in Doha

Rendez-vous chez Emma Duvéré, a jolie artisanal pâtisserie from the 11e arrondissement of Paris that bears the label Ecotable. Ici, les produits de saison, biologiques et locaux donnent vie à des douceurs faites maison et sans ajoutés produits. Lorsque Refugee Food approché Emma Duvéré, celle-ci a trouvé l’idée géniale.

This is also the debut of the culinary collaboration of Emma and Doha Elkhaldy, a Lebanese-Syrian refugee cuisine. “Participate in an event also important and chouette that the Refugee Food Festival and meet Doha m’a beaucoup motivated. Dans cette collaboration, c’est surtout Doha qui apporte son talent et moi j’y ajoute ma touche. J’aime beaucoup les saveurs orientales, je les utilises moi-même beaucoup. Être accompagnée d’une personne telle que Doha, qui connaît bien ce genre de cuisine et de pâtisserie, c’est super. On mélange les genres et les cultures”, nous explains Emma avec un large sourire.

© Clémence Sahuc

Arrived in France in 2017, Doha debuted as a traitor in the Syrian restaurant of son époux et suit une formation de pâtisserie en ligne. A métier that is revealed with an evidence. “J’ai compris que j’étais passionnée par la cuisine, tout particulièrement par le fait de dresser, présenter et décorer mes créations. I don’t understand pas et ne parlais pas bien le français, alors la cuisine est devenue un moyen d’expression, un langage que je pouvais utiliser pour communiquer avec les autres. Je suis libanaise et syrienne, cette cuisine je la tiens de mon mari mais aussi de ma famille et tout particulièrement de ma mère. C’est une très bonne cuisinière. Je mixe mes deux origines et leurs deux saveurs pour creer mes propres plats”, commented Doha.

Mère de quatre enfants animes par la même passion, la cuisine est devenue une veritable histoire de famille. “Mon mari is parti ouvrir un nouveau restaurant au Caire. Je vis donc seule ici avec mes enfants. Je veux prouver à mes enfants que je peux travailler et réussir dans mon travail moi aussi”, nous confie-t-elle. Doha is present at the debuts of the association Refugee Food and its implication after the day of names of events and ateliers of cuisine. Cette année, elle accompagnera Emma du 14 au 25 juin pour proposer deux savoureuses pâtisseries: a baklava of purée de fruits et crème fouettée, also qu’a gâteau de semoule et noix de coco connu sous le nom d’harissa.

A collaboration that Doha accueille elle aussi avec enthousiasme : “Emma added her french touch to my pâtisseries, et travailler à ses côtés permet me également de découvrir sa cuisine à elle”. Des gourmandises qui promettent un mariage des cultures et des saveurs exceptionnel.

© Clémence Sahuc

The origins of Refugee Food

L’idée du Refugee Food Festival germe dans l’esprit de Marine Mandrila et Louis Martin in 2015, à la suite de la traversée de 18 pays. A voyage voué au partage et à la découverte des différentes cuinaires et culturelles. “C’était un alibi pour provoke des rencontres. On this subject with great simplicity and gender”, commented Marine. Au même moment, des millions of syriens fueent leur pays ravagé par la guerre. Une situation que émeut les deux voyageurs, eux aussi marqués par leurs parcours familiaux d’exil. “Le traitement accordé à ces migrants est assez déshumanisant et nous amène à oublier qu’il s’agit de personnes comme vous et moi. Il faut prendre conscience qu’on pourrait tous être réfugiés un jour”, under the co-founder.

Après s’être engaged et mobilized à leur échelle, Marine et Louis aspirent à quelque chose de plus grand. Le projet s’articule rapidement autour de la cuisine — “À travers la cuisine, on raconte plus de choses que juste des aliments !”. It seems that cuisine parle à tout le monde, qu’elle est universalle et que les diasporas l’emmènent avec elles. It seems that cuisiner c’est also transmettre sa culture. “The festival tries to put on an other reality. Ces personnes n’ont pas choisi de quitter leur maison sur un bateau avec femme et enfants, on se doit donc de les accueillir avec dignité. They ont beaucoup de talents, de compétences et de choses à apporter à notre société. Voici notre genesis. Voilà pourquoi nous avons decided to mount the festival.

© Olivier Vogelsang

Une association sur tous les fronts

It is forcibly confirmed that Refugee Food is investing considerably in the cause that is safe and never limited to a seule action. After the creation of the festival in Paris in 2016, the association Refugee ne s’arrête plus. In 2018, we created a restoration comptoir au Ground Control built La Résidence. At the façon d’une résidence d’artistes, des cuisiniers réfugiés viennent régulièrement prendre la place du chef pour tester leur carte avant d’ouvrir leur propre restaurant. Certains se sont lancés avec beaucoup de succès.

One more late, Refugee Food launches Sésame, une formation gratuite et adaptede — avec des cours de français — et soutenue par Pôle Emploi. Developed in Paris, the training is developed in the sein de plusieurs villes françaises, in partnership with training organizations such as Acto et Envergure, or collections of restaurateurs such as Ecotable. “D’ici debut 2023, with aura formed almost 280 people au métier de commis de cuisine. 75% of them found a job after the end of the training. If on compte the contracts d’interim on is 90%. Ce qui est vraiment bien when talking about eloignées de l’emploi. Access a travail est clef. Dans la vie déjà mais aussi dans un country d’accueil afin d’être valorisé, d’être autonome, de rencontrer des gens et de unblocking l’accès à un logement”, explained Marine Mandrila.

© Mahka Eslami

Faced with difficulties engendered by the first confinement, Refugee Food is also launched in the food aid. “On s’est mis à cuisiner avec plein d’autres association, notamment Ernest, Yes We Camp, Les grands voisins ou Ecotable. On a pensé à ces gens qui allaient avoir faim, alors on ne pouvait pas s’arrêter de cuisinerraconte Marine. On a mount tout an espèce de collectif in quelques semaines. On production almost 1000 repas par jour que étaient distribués partout dans Paris. On s’est rendu compte qu’on pouvait des repas de qualité et well dressed — notamment grace à nore chef, que a lui-même bénéficié de l’aide alimentarire lorsqu’il est arrivé en France — alors que c’est rarely le cas dans l’aide alimentarire. Tout le monde a le droit à une alimentacion, juste, bonne, diversifiée et de qualité.“

Refugee Food ne s’est pas arrêtée depuis et collabore désormais avec la Chorba, les Restau du Coeur et la Ville de Paris pour distribuer “des repas qu’on ait nous-même envie de mangeraux demandeurs d’asile en France. “C’est un enjeu de santé publique, ce n’est pas normal que des gens ont encore faim et qu’ils n’ont pas accès à des produits et des repas de qualité”, assures the co-founder.

Des principes que l’association tente également d’inculquer aux enfants en intervenant dans les classes de collège. “C’est un projet qui entre dans notre mission de sensibilisation. The question des frontières et de l’exil est au program des 4and, ça dépend évidemment des établissements et des professeurs, mais globalement le sujet des migrations, de l’intégration, de l’insertion, de l’accueil, dépasse le cadre du program scolaire. It is already that it is dans le program scolaire et dans les cours, mais il already également ce que l’école peut aporter en termes d’éclairage sur le monde, notamment à l’heure actuelle avec l’année qui vient de s’écouler . Selon la banque mondiale, il y aura — pour des raisons uniquement climatiques — 250 million personnes réfugiées d’ici 2050. Donc ce n’est pas juste quelque chose qu’il faut traiter dans les programs scolaires de 4and”, stipulates toujours Marine.

Leave a Reply

Your email address will not be published.